Navigation Menu
J’irai dormir chez vous

J’irai dormir chez vous

Seward, Alaska

  • Author: MAUD
  • Date Posted: 13 Mai, 2016
  • Category:
  • Address: seward

Samedi 7 mai, je quitte la ville d’Anchorage avec une petite appréhension de démarrage, pour rouler vers de nouveaux horizons encore incertains. L’Alaska me souhaite la bienvenue avec une superbe première journée le long de la côte, surplombée par les montagnes enneigées. Route plate, tee shirt et soleil qui chauffe le dos.

thumb_20160507_165953_1024

70 kilomètres plus loin j’arrive à Girdwood et rencontre Bill et Barbara à l’entrée de la ville, qui promènent leurs deux épagneuls bretons (les Bretons sont partout, c’est bien connu…). Ils me proposent de rester chez eux pour la nuit. Apéro au Chardonnay et soirée tacos, je ne pouvais pas rêver mieux ! Cerise sur le gâteau, ici c’est leur maison secondaire, la principale étant à Anchorage, ils m’invitent à nouveau lorsque j’y repasserai dans quelques jours. Je m’endors sur un bon matelas, la vue sur les montagnes…

Le lendemain, les éléments vont me mettre au pli avec mes premiers dénivelés et une pluie continue. Les trente premiers kilomètres sensés être un jeu d’enfant se font avec un gros vent de face, j’ai du mal à maintenir 10 – 11 km/h alors que la route est totalement plate. Puis c’est le début d’une montée sur 10kms sans discontinuer, les quadriceps chauffent, le rythme cardiaque reste élevé, obligée de faire certains passages à pied pour soulager un peu mes muscles, quoique…

thumb_20160508_170332_1024
Je sais que les premiers jours sont les plus difficiles pour le physique, alors je prends mon mal en patience et plonge le nez dans le guidon. Arrivée en haut, de la neige tout autour de moi, je m’étonne de voir de la buée sortir de ma bouche alors que je suis trempée de sueur !

thumb_20160508_142114_1024

Malgré ça, même sous la pluie les paysages sont grandioses. En dehors de la route principale, il n’y a absolument rien en dehors des montagnes et des forêts. La fonte des neiges rempli les rivières qui frémissent un peu partout, l’eau s’écoule le long des roches, au moins je n’aurai pas de problèmes pour remplir mes gourdes !

Les aires d’arrêt que j’avais repéré sur ma carte sont fermées, car la saison n’a pas encore débuté. Il n’est que 15h, mon corps a repris des forces sur la longue descente après ma première galère. Je décide de pousser plus loin, m’essouffle encore sur des montées-descente et des faux plats assassins qui n’en finissent pas. Je m’arrête finalement au bout de 80kms, au bord d’un petit lac en contrebas de la route. Le bivouac aurait été parfait, mais je suis trempée et épuisée… Je reprends quelques forces en mangeant, quand je vois quatre gaillards arriver sur mon chemin. Ils viennent faire un repérage pour pêcher. Finalement, le vélo est chargé dans leur pick up, et ils me déposeront 3kms plus loin dans un hôtel avec de belles cabanes en bois, réouvert deux jours auparavant. Les chambres ne sont pas données, mais mon corps réclame de la chaleur et une bonne nuit de récupération.

thumb_20160508_200629_1024

La dernière journée, 75kms, se passe sereinement. La circulation se raréfie, remplacée par le chant des oiseaux. Le soleil pointe son nez et redonne toute sa magie aux couleurs des paysages, les panoramas sont à couper le souffle. Je croiserai quelques élans au bord de la route, qui me regardent passer avec leurs gros yeux, moi et le tintement de ma cloche a ours accrochée sur mon vélo.

 

thumb_20160509_133011_1024
Ces quelques journées d’effort seront récompensées au centuple. Arrivée à Seward, je suis accueillie par Linda, du réseau Warmshower (hébergement gratuit entre cyclo-voyageurs dans le monde) et sa colocataire Karri, qui est là pour la saison. La maison m’est grande ouverte, et leurs conseils m’offriront un séjour juste parfait

Seward est une petite ville portuaire de 5 000 habitants, où la pêche et le tourisme sont les activités principales. Le port est entouré par d’immenses montagnes qui s’ouvrent sur la baie de Kenai, à la pointe sud de l’Alaska.

thumb_DSC00421_1024
Ici les cris des mouettes se mêlent à ceux des aigles, et un peu partout dans l’eau on voit des loutres de mer qui semblent n’avoir qu’une passion…ne rien faire ! Elles se laissent tanguer, parfois font des pirouettes dans les vagues ou jouent entre elles à la bagarre, sooo cute 🙂

thumb_DSC00425_1024

thumb_DSC00137_1024

Mais surtout, pendant quelques mois, c’est la période de migration des grands mammifères. J’opte pour une sortie bateau dans la péninsule et vais avoir l’immense chance de tous les observer. Les deux premiers rencontrés sont une femelle orque avec son petit, qui s’amuse à faire claquer l’eau avec sa queue. Un peu plus loin au large un gros mâle se dirige droit sur notre bateau et nous contourne au dernier moment en passant à peine à 100m… sensations garanties ! Leur puissance est impressionnante, et c’est tellement magnifique de distinguer leurs taches blanches qui percent à travers le bleu-vert de la mer.

Le capitaine du bateau coupe les moteurs et plonge un hydrophone dans l’eau. Après quelques bruissements, on distingue leurs cris, notamment celui plus aigu du bébé, magique !

thumb_DSC00165_1024   thumb_DSC00189_1024

Nous remettons les gaz, et quelques miles plus loin, c’est au tour de deux baleines à bosse de nous émerveiller. Un souffle sort de l’eau, puis un dos rond émerge et replonge, pour ressortir quelques instants plus tard un peu plus loin. Elles sont en plein repas, et on peut voir leur énorme gueule arriver à la surface de l’eau, puis se refermer avant de disparaître à nouveau.

Côté photos, pas évident de capturer le moment parfait avec mon petit Sony Compact, qui fait office de jouet comparé aux énormes zooms apportés par d’autres personnes ! Néanmoins, avec ou sans zoom, ces clichés là sont gravés dans mon cerveau.

thumb_DSC00200_1024
En continuant dans la péninsule, nous verrons plusieurs autres baleines, dont une grise, ainsi que des lions de mer affalés sur leurs rochers (ce qui n’est pas sans rappeler certains lendemains de soirée difficiles, grognements mis à part…), des aigles à têtes blanches, des macareux, des cormorans, et tout un tas d’autres oiseaux dont je n’ai pas retenu le nom !
On aperçoit quelques chèvres des montagnes, avec leurs longs poils blanc, accrochées on ne sait comment sur les rochers qui tombent à pic dans la mer. Tout en haut d’une montagne, trois ours noir se promènent entre les immenses sapins… contente de pouvoir les garder à cette distance !

thumb_DSC00244_1024Enfin, nous approchons un énorme glacier au fond d’une baie. Le bateau s’arrête à quelques centaines de mètres, on peut sentir le froid qui s’en dégage et qui glace le visage et les mains.
Quelques minutes d’observation et l’on admire les fragments de glace qui s’en détachent, en résonnant comme un coup de tonnerre.
Etrange décalage entre la vision de la glace qui tombe dans l’eau, et l’impressionnante explosion qui s’en suit quelques secondes plus tard…

Retour au port après toutes ces belles images, et soirée « french crêpes » histoire de rattraper toutes mes calories perdues depuis une semaine…
Le lendemain, je prends le temps de rouler dans la ville, et de découvrir les environs. Tout est paisible ici, le soleil s’intensifie chaque jour, la saison se prépare, les habitants bricolent.
Visite du sea life center qui accueille notamment des animaux orphelins pour les soigner et les réintroduire en mer. Impossible de ne pas craquer devant des bébés loutres qui jouent avec leur canard en plastique et font leur toilette dans leur mini piscine !

thumb_DSC00403_1024

thumb_20160512_102451_1024Pour ma dernière journée, je roule une vingtaine de kilomètres à la sortie de la ville pour aller voir un grand glacier.  Une marche d’une petite demi-heure m’en rapproche, mais la majorité des trails sont encore fermés à cause de la neige et des risques d’avalanche. Néanmoins, on peut voir l’eau qui s’en écoule, et en tendant l’oreille, entendre ses craquements qui le rendent si « vivant ». Environ un kilomètre avant d’arriver au niveau du glacier, je voyais plusieurs panneaux s’enchainer, des années 1815 à nos jours. Je comprends plus tard qu’il s’agit de l’étude de la démarcation du glacier, qui recule depuis plus de deux cent ans à une vitesse incroyable. Cela laisse à réfléchir…

En revenant en ville, je profite d’un dernier pique nique sur les rochers du port. Pendant que je regarde en souriant deux loutres qui paressent dans les vagues au soleil, j’aperçois un souffle qui sort de l’eau au bout de la baie, puis le dos rond d’une baleine à bosse, certainement en train de déjeuner elle aussi. Cela fait plusieurs jours que l’on peut les apercevoir dans la baie, sans même utiliser de jumelles. Je détourne le regard, un phoque me fait face, la tête hors de l’eau… Thank you so much Seward!

thumb_20160512_132302_1024     thumb_DSC00463_1024

Retour avec Karri à Anchorage, où je retrouve Bill et Barbara qui m’attendent les bras ouverts dans leur superbe maison au bord d’un lac. Au programme, la préparation de mon prochain trajet vers le pôle nord, environ 500kms direction Fairbanks, par la région de Denali, qui abrite le plus haut sommet d’Amérique du Nord.

Cheers!

thumb_DSC00447_1024

    9 Comments

  1. Contrairement à ce qui est mentionné dans le premier article de ce blog, après la lecture de cette étape dans la baie de Kenai, la leçon de sciences naturelles et la féerie des photos, je suis prête à faire mes valises pour plus de 48h …peut être sans panique! ?

  2. Quelle semaine de folie!!!
    Tes photos et tes commentaires me ramènent quelques années en arrière dans la baie d’Auckland sur un bateau à la recherche des baleines… Un souvenir mémorable!
    Merci de nous faire partager tout ça.
    Et bravo pour ton écriture toujours aussi agréable à lire…
    Profite bien et à bientôt par email 😉
    Gros bisous
    Chacha

  3. Un pur bonheur de te lire et de réussir je pense à imaginer ce que tu vis…….. les efforts compris ?on pense très fort à toi et faisons partager avec admiration et peut être envie notre entourage…bisous

  4. magnifique

  5. Merci beaucoup, c’est génial… Hina et moi avons adoré. Ce post a fait office de l’histoire du soir 🙂
    On attend la prochaine !!

  6. Superbe ! Effectivement je rejoins tes collègues c’est un plaisir d’avoir de tes nouvelles et de lire tes récits tous + intéressant les uns que les autres. Ont à vraiment l.impression d’y être c’.est génial ??
    Hâte de découvrir la suite , la team R3 est derrière toi ?

  7. S-O-U-P-E-R-B-E ma morue !
    Hâte de voir les prochains posts!!!!
    Mille bisettes.

  8. Je suis en route avec toi. Je voyage, je vois les choses, je sens les moments. TRES bons récits!!!!

  9. Guénial morue!!
    Lire tes articles c’est le petit moment d’évasion du soir 😉
    Biz

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *